Augustin JOUVE-Musicien - Acte Auvergne
1314
post-template-default,single,single-post,postid-1314,single-format-standard,ajax_updown_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-1.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive
 

Augustin JOUVE-Musicien

30 Oct Augustin JOUVE-Musicien

Ce sont, à chaque fois, des moments différents qui se vivent, mais intenses et forts émotionnellement.
Des moments doux, reposants (chansons/morceaux calmes, berceuses), des moments poétiques (chansons agrémentées d’exploration de matières sonores, et de jeux de doigts pour les plus jeunes), des moments drôles, énergiques parfois hilarants ou dansants : ces moments se créent dans la spontanéité du moment présent, selon les envies, les souhaits, les humeurs des enfants et des jeunes, et selon toutes les interactions possibles entre tous les participants (enfants, parents présents, personnel soignant, Pascale, Nathalie, et moi).Mes interventions alternent entre des chansons que les enfants me demandent (mais je ne les connais pas nécessairement toutes ! L’enfant ou ses parents utilisent alors souvent une tablette numérique pour me faire écouter la chanson et nous l’interprétons ensuite) ainsi que du répertoire que je leur propose et qu’ils ne connaissent pas forcément (musiques d’Amérique du Sud par exemple …). Ces moments sont souvent entrecoupés d’invention de climats sonores à l’aide des petits instruments et objets sonores.

Que le répertoire soit connu ou non des enfants, je garde toujours comme cap le plaisir partagé. Plus de la moitié des enfants avaient l’un de leurs parents présents lorsque j’intervenais, et cela a permis de créer une dynamique très intéressante dans le plaisir partagé et la complicité. Souvent, la présence d’un membre de la famille permet de nourrir la relation : il n’est pas rare qu’une maman ou un papa se souviennent de telle chanson qu’ils aimaient chanter à leur enfant quand il était plus petit, avec Pascale (ou Nathalie) nous l’entonnons alors accompagnée de la guitare et de quelques percussions distribuées au membre de la famille quand cela est possible (impossible quand aplasie), la plupart du temps pour le grand bonheur de l’enfant et de sa mère. Parfois, des membres du personnel soignant nous rejoignent, et cela prend des allures de fête ! La joie est alors communicative, et chaque participant en prend de grandes bouffées. La musique permet également de dépasser les barrières de la langue, et à plusieurs reprises une jeune patiente adolescente kosovare ne parlant pas français était heureuse de pouvoir participer et de vivre des moments de plaisir à travers le monde des sons. Ces interventions musicales restent toujours placées sous le signe de l’échange, du plaisir et du partage, c’est en tout cas comme cela que je les perçois et que je souhaite continuer de les mener.